Files

Abstract

Il s’agit ici de partir d’un constat pratique : Les jeunes s’informent aujourd’hui selon des canaux qui leur délivre nt une information immédiate et souvent non vérifiée. Se retrouvant seuls devant ce flux d’informations, ils demeurent aujourd’hui plus qu’hier vulnérables à ce que nous avons nommé le prêt à penser . Aussi, si le rôle de l’enseignement secondaire relève du développement de l’esprit critique chez les élèves, commençons par définir ce que cela veut dire et ce que cela implique dans un enseignement philosophique au quotidien Au travers de ce mémoire nous rendr ons compte de l’émergence du courant pédagogique qui s’attèle à une réflexion et milite pour la promotion de l’esprit critique dans l’enseignement. Nous y retrouverons un des pionniers en la personne de John Dewey. Nous ferons alors un rapide état de l’évolution de ce courant entre 1910 et nos jours Nous nous appliquerons par la suite à tirer quelques définitions de ce que peut bien être l’espr it critique . Nous verrons à cette occasion qu’aujourd’hui encore cette question est sujette débat. Au même titre que les grecs s’interrogeaient sur la vertu, peut on enseigner l’esprit critique où est il une dispos i tion innée et/ou conditionnée par le milieu social ? Ce mémoire se propose comme une réflexion thématique comportant un moment philosophique et un moment pédagogique. Il n’a pas la prétention d’apporter des réponses aux débats actuels mais plutôt une prise de position personnelle et une interrogation sur la posture de l’enseignant dans le cadre d’un cours de philosophie Un enseignement visant le développement de l’esprit crit ique doit par essence dépasser les murs de la salle de classe et le cadre de l’établissement scolaire Il doit apporter une réelle plus value que l’élève d evrait pouvoir mobiliser dans ses expériences futures de citoyen responsable.

Details

Actions

Preview