Files

Abstract

Il nous est vite apparu que l’enseignement des stratégies de compréhension dans les classes était sous-estimé et relativement peu pratiqué par les enseignants dans le cycle scolaire 2. Cet enjeu est primordial pour la réussite des élèves en lecture. Aujourd’hui, nous nous rendons compte à quel point un nombre important d’élèves savent lire sans comprendre forcément le sens de ce qu’ils lisent. L’école actuelle a pour mission d’enseigner entre autres la lecture aux jeunes apprenants car elle répond à une pression sociale et politique très forte. La société attend des établissements scolaires qu’ils enseignent des stratégies de compréhension en lecture afin que les élèves aient la capacité de décoder et de comprendre ce qu’ils lisent au sortir de l’école obligatoire. A la fin de leur scolarité, les enfants doivent être en mesure de maîtriser différentes stratégies, dont notamment celles des inférences, afin d’être capables de comprendre et porter un esprit critique vis-à-vis de divers genres textuels. La mise en oeuvre de diverses stratégies de compréhension permet aux jeunes apprenants de développer l’habileté à les mettre en pratique lorsqu’ils sont seuls face aux textes et ainsi de devenir autonomes et polyvalents dans divers contextes. (Godbout, Turcotte & Giguère, 2016). Au travers de ce mémoire, nous avons cherché à vérifier si une séquence portant sur les inférences, issue d’un moyen d’enseignement réputé tel que Lector et Lectrix (Cèbe et Goigoux, 2009), pouvait permettre à des élèves de 6e Harmos d’améliorer leurs compétences sur cette stratégie de compréhension. Nous avons mesuré ces résultats au travers de questionnaires donnés à deux classes au sein du même établissement. La lecture de ce travail offre à son lecteur une opportunité de se rendre compte de l’importance d’enseigner les stratégies de compréhension en lecture.

Details

Actions

Preview