Files

Abstract

Introduction : Ce travail explore le phénomène du suicide assisté (de bilan) chez la population âgée, lié au sentiment de vie accomplie et apporte des pistes d’accompagnement adaptées. Ce thème pousse au questionnement éthique et juridique. Le rôle du soignant, au-delà du soin, est d’offrir un accompagnement, se voulant non jugeant, individualisé et centré sur le projet de vie/mort. Questions de recherche : « Quelles sont les motivations des personnes âgées de plus de 65 ans, ne souffrant d’aucune maladie incurable menaçant leur vie et d’aucun trouble psychiatrique, à faire le choix de mourir ? » « En tant que soignant, comment les accompagner ? » Méthodologie : Ce travail est une revue de littérature. Les articles de devis quantitatifs et qualitatifs sont sélectionnés grâce à des mots clés isolés par l’outil PICO, et trouvés sur la base de données CINAHL. Ils sont traduits de l’anglais au français, analysés avec une grille quantitative/qualitative et articulés avec la théorie de l’auto-transcendance de Pamela Reed. Résultats : En Suisse, la population a accès au suicide assisté, sous réserve de certains critères. Malgré cette offre, une partie de la population reste en demande d’une assistance au suicide pour motif de vie accomplie. Ce phénomène divise et peine à être envisagé. La complexité d’évaluation du sentiment de vie accomplie, son accompagnement et l’influence du contexte socio-culturel sont les arguments principaux à cette dernière.

Details

Actions

Preview