Files

Abstract

Contexte : La consommation chronique d’alcool est un problème de santé publique. La prise en soins de personnes alcoolo-dépendantes, en milieu aigu, peut se révéler très ardue et générer beaucoup d’attitudes négatives. Ces attitudes négatives peuvent conduire à une importante stigmatisation de la part des soignants et donc influencer la prise en soins. Objectif : Le but de la recherche est d’identifier les interventions permettant aux infirmières d’améliorer la qualité des soins auprès des personnes alcoolo-dépendantes hospitalisées en milieu de soins aigus. Méthode : Six articles scientifiques ont été sélectionnés sur les bases de données PubMed et CINAHL. Un article a été sélectionné sur la base des références de plusieurs articles. Ces études ont été analysées à l’aide des grilles de lecture critique (Fortin & Gagnon, 2016). La théorie du Caring de Jean Watson a permis, au travers de 3 facteurs caratifs, de synthétiser les résultats de ces sept articles. Résultats : La formation approfondie sur l’alcool, ainsi que les stages cliniques, permettent d’une part d’augmenter considérablement l’attitude positive des infirmières face aux patients présentant une dépendance à l’alcool et d’autre part à s’engager dans une relation thérapeutique. Les études révèlent aussi qu’au travers des formations, les infirmières gagnent en confiance et en assurance quant aux soins qu’elles doivent délivrer aux personnes souffrant d’une pathologie alcoolique. Conclusion : Les formations théoriques, pratiques ainsi que les échanges durant les études en soins infirmiers, ainsi que post diplôme sont essentielles pour améliorer la qualité de la prise en soins des personnes alcoolo-dépendantes. Elles permettent une meilleure compréhension de la maladie et de son mécanisme, une acceptation de sa composante, et conduit à des attitudes plus positives afin d’engager une relation thérapeutique.

Details

Actions

Preview