Files

Abstract

Contexte : Les interventions effectuées sous contrôle radiologique sont en constante augmentation et ont un impact sur les doses reçues par les professionnels de la santé impliqués en radiologie interventionnelle. Depuis janvier 2018, la limite de dose au cristallin des personnes professionnellement exposées aux radiations a été abaissée de 150 à 20 mSv/an. Des études ont démontré le risque potentiel pour certains professionnels de la santé de dépasser cette limite et de développer une cataracte radio-induite. Cette étude décrit les pratiques des TRM en matière de radioprotection, notamment du cristallin, dans le contexte de la radiologie interventionnelle, ainsi que les facteurs pouvant influencer les pratiques. Méthodologie : Pour mettre en évidence les pratiques en matière de radioprotection une méthode descriptive de type quantitatif a été employée. Un questionnaire comportant des questions fermées avec échelle de Likert a été développé via Google Forms puis distribué à environ 137 TRM oeuvrant en radiologie interventionnelle en Suisse romande par l’intermédiaire des chefs TRM des unités où se pratique la radiologie interventionnelle. Le taux de réponse est estimé à 36%. Les données ont été traitées et analysées avec le logiciel SPSS®. Résultats : Les pratiques des TRM sont, de manière générale, adaptées aux recommandations. Une récente participation aux formations continues, être désigné en tant qu’expert en radioprotection, travailler uniquement en radiologie interventionnelle, la disponibilité des équipements de radioprotection et une perception du risque adéquate renforcent les pratiques des TRM. Conclusion : Des marges d’améliorations existent concernant la posture professionnelle des TRM, les aspects dosimétriques, l’actualisation des connaissances, les enjeux de la radioprotection et la transmission des informations.

Details

Actions

Preview