Files

Abstract

Le redoublement est un sujet de société qui fait encore débat aujourd’hui. En effet, plusieurs pays pratiquent le redoublement, alors que d’autres ont décidé de s’en abstenir et d’utiliser la promotion automatique. Ceci m’a poussée à examiner les raisons pour lesquelles on utilise toujours le redoublement en Suisse. Les enjeux et dimensions liés à l’évaluation, comme l’évaluation critériée, m’ont permis d’enrichir mon questionnement sur le redoublement et d’interroger la construction des évaluations par les enseignants, ainsi que les pratiques évaluatives de ces derniers. Ainsi, mon mémoire porte principalement sur la question de recherche suivante : comment les pratiques évaluatives et les notes influencent-elles la décision d’un redoublement ? Cependant, comme évoqué ci-dessus, je me suis également intéressée aux raisons pour lesquelles un redoublement est décidé et à la manière dont les enseignants construisent leurs évaluations. Dans cette recherche, le redoublement et l’évaluation ont également été développés en lien avec l’inclusion scolaire. Six entretiens semi-dirigés avec des enseignantes et enseignants de la 5H à la 8H ont été réalisés dans un établissement scolaire du canton de Vaud. Les principaux résultats ont montré que les enseignants interrogés utilisent principalement des points pour leurs évaluations. Ceux-ci sont souvent déclinés en critères lors des tests de branches artistiques. De plus, les participants utilisent tous des barèmes standardisés. Pour justifier un redoublement, les enseignants évoquent la non-atteinte des objectifs et un manque de maturité. En outre, les résultats scolaires sont la raison la plus souvent citée par les enseignants interrogés pour le légitimer. Les notes ont donc une influence considérable dans la décision d’un redoublement à cause de la législation scolaire. C’est pourquoi il est important que les évaluations soient construites de manière cohérente, afin que le redoublement soit fondé.

Details

Actions

Preview