Files

Action Filename Size Access Description License
Show more files...

Abstract

Objectifs : Évaluer l’efficacité de méthodes non pharmacologiques sur la résolution de la dystocie dynamique chez les femmes accouchant en maison de naissance. Trois interventions ont été sélectionnées : l’amniotomie, la stimulation mammaire et l’acupressure. Méthodologie : Ce travail est une revue critique de littérature scientifique. Il comporte l’analyse de six articles quantitatifs par le biais des grilles CONSORT, STROBE et PRISMA. Les recherches ont été effectuées sur les bases de données : PubMed, CINHAL, MIDIRS et Cochrane. Résultats : Les résultats des études sur l’amniotomie indiquent que les risques maternels et foetaux sont peu majorés, l’efficacité sur la stimulation du travail paraît peu évidente. La stimulation mammaire semble avoir un effet sur la dynamique utérine. Aucun évènement néfaste n’a été mis en évidence pour la mère et l’enfant dans les situations à bas risque. L’acupressure semble être efficace pour réduire la durée de la phase active lors d’un travail physiologique, les effets secondaires sont peu étudiés. Discussion et Conclusion : L’amniotomie pourrait être considérée comme une intervention secondaire acceptable pour le traitement de la dystocie lors de la phase active, mais semble peu pertinente pour une phase de latence prolongée. La stimulation mammaire paraît être une technique prometteuse qui nécessiterait davantage d’investigations. De par ses effets sur la dynamique utérine, l’acupressure pourrait être efficace lors de dystocie. Des recherches supplémentaires devraient être menées pour le confirmer. Le choix de l’utilisation de ces interventions s’inscrit dans le partenariat entre la sage-femme et la femme.

Details

Actions

Preview