Files

Action Filename Size Access Description License
Show more files...

Abstract

Dans un monde abreuvé d’informations par la prééminence du numérique et des réseaux sociaux, les fausses informations et pseudo-sciences pullulent et sont absolument impossibles à endiguer. Pourtant, il existe un moyen simple d’en réduire l’impact et, à terme, les faire reculer : une éducation aux médias et à la pensée critique efficace dans le parcours scolaire. Tout élève devrait sortir de son cursus obligatoire avec des initiations au doute cartésien, à la méthode scientifique, aux biais cognitifs et aux arguments fallacieux. Aucun besoin de censure quand les citoyens sont armés pour décoder l’information et sont capables d’évaluer, de peser et de juger la véracité de toute affirmation qu’ils seront amenés à croiser. Cette recherche revient sur les fondements de l’éducation aux médias et présente une séquence pédagogique respectant certaines des règles d’or de la zététique ou, selon les mots d’Henri Broch, « l’art du doute ». Durant cinq périodes, des élèves de 9e Harmos VP d’une classe genevoise sont initiés à la lecture de l’information et aux bases de l’esprit critique. Afin de tester à la fois l’efficacité de cette séquence et l’effet que peut avoir sur eux cette introduction à l’éducation aux médias et à la pensée critique, les élèves de cette classe ont été testés et évalués à l’aide d’un questionnaire sur l’analyse de différents médias et principes de la pensée critique. Deux autres classes de même regroupement mais n’ayant reçu aucun cours dans le domaine ont également passé ce test et ont servi de groupe témoin pour comparer leur niveau avec celui de la classe expérimentale. Les conclusions sont sans équivoques : l’impact d’une simple introduction à l’éducation aux médias et à la pensée critique sur la classe expérimentale apparait de manière évidente dans les résultats.

Details

Actions

Preview