Files

Abstract

La capacité de faire des liens entre une langue que l’on apprend et une langue que l’on maîtrise déjà est un élément clé pour avancer plus rapidement et plus sûrement dans l‘apprentissage de celles-ci et pour tendre vers e plurilinguisme. Les enseignants de langues, anciennes ou modernes, devraient toujours garder à l’esprit cet élément clé. De plus, au-delà de la langue pure, il est également question de culture. Deux éléments qui sont indissociables et indispensables à la bonne compréhension l’une de l’autre. Dans cette étude, nous avons mis en avant l’importance de la culture gréco-romaine dans l’apprentissage du français et tout particulièrement de ses expressions. Qui ne connaît pas la fameuse Méduse ne perçoit pas toute l’ampleur de l’expression « être médusé ». Quiconque n’est pas au courant de la malheureuse histoire de Narcisse ne peut comprendre les subtilités du terme « narcissique ». Lors d’un pré-test, nous avons évalué la connaissance de huit expressions et de leur origine auprès de trente-sept élèves de 12 à 15 ans. Nous avons ensuite créé une séquence de huit fois dix minutes intervenant au début de chaque cours pour faire découvrir les expressions au travers d’anecdotes historiques ou de récits mythologiques. Enfin, après cet enseignement, nos élèves ont rempli un post-test évaluant leurs connaissances et leur capacité d’utilisation de ces expressions. Même si cette approche décloisonnée de l’apprentissage du français n’a pas eu l’effet escompté sur la motivation des élèves, nous pouvons toutefois affirmer que la connaissance de la culture gréco-romaine, qu’elle soit mythologique ou historique, est un avantage réel pour la compréhension du français, en particulier de certaines de ses expressions. Si les élèves ne les utilisent que rarement, la plupart de ces expressions sont courantes dans nos médias et il est donc intéressant de pouvoir les comprendre dans leurs moindres nuances.

Details

Actions

Preview