Files

Abstract

« Quelle contribution sociale et langagière la musique vocale apporte-t-elle à un enfant allophone, bilingue ou de langue maternelle française dans une classe d’élèves âgés de 4 à 6 ans en Suisse romande ?» voici la question de recherche à laquelle nous avons tenté de répondre par notre mémoire. Pour tenter d’y répondre, nous avons mis en place un dispositif précis et nous avons fait de nombreuses observations sur le terrain. Notre société se trouvant actuellement dans une réalité de pluralité socioculturelle sans cesse croissante, nous souhaitions nous intéresser aux apports de la pratique régulière de la musique vocale. Nous voulions éveiller la curiosité de nos élèves face à une langue ou une culture inconnue ainsi que les voir remettre en question leur langue première. Nous avons donc mené notre recherche dans deux classes de 1-2H du cycle 1 de deux régions différentes en instaurant des moments quotidiens de musique vocale. Nos observations portaient sur la progression au niveau de la participation sociale de l’enfant ainsi qu’au niveau de l’apprentissage du français et du développement de la conscience phonologique. De plus, nous pensions que la musique est un moyen efficace de travailler l’oral au cycle 1. Nous avons introduit plusieurs matériaux musicaux afin de pouvoir observer nos élèves à travers plusieurs situations et nous avons consulté plusieurs ouvrages afin de mieux comprendre les points théoriques à aborder. Nous vous présentons là le résultat de notre recherche et de nos expériences. Le sujet est vaste et aurait probablement nécessité une période d’observation plus longue pour en tirer une conclusion franche, mais, vous pourrez le constater, nous pouvons déjà en extraire plusieurs constats.

Details

Actions

Preview