Files

Action Filename Size Access Description License
Show more files...

Abstract

Objectifs de l'étude Le but de notre travail est d’avoir une vision de la violence vécue par les techniciens en radiologie médicale (TRM) en mettant en avant les différents types de violences subies, ainsi que de présenter leurs auteurs et les facteurs favorisant leur apparition. L'étude présente également les diverses stratégies mises en place par les TRM, ainsi que les structures et mesures préventives de l'établissement et/ou des services incriminés pour tenter de diminuer et gérer la violence. Méthodologie Des entretiens semi-directifs ont été effectués dans quatre services de radiodiagnostic d'hôpitaux publics. Deux TRM par site ont participés à l'étude de manière anonyme en étant informés des conditions de la recherche. Afin de disposer d'une certaine expérience en la matière, les participants devaient au minimum avoir 3 ans d'expérience professionnelle et au minimum une année d’activité dans le service afin d’avoir pu se familiariser avec les procédures existantes. Résultats Les TRM sont principalement agressés par des patients sous l'emprise de l'alcool et/ou de drogues, ainsi que par des personnes démentes ou anxieuses. Une attente prolongée ou une mauvaise prise en charge par le TRM peut aussi provoquer de l'agressivité chez le patient. N'importe quel TRM peut être victime de violence, mais il ressort que le fait d'être une femme, ou d’être jeune TRM peut être un facteur de risque supplémentaire. Pour gérer les patients violents, les TRM se doivent de rester calmes et de prôner le dialogue. Dans les cas plus difficiles, ils vont demander de l'aide ou quitter les lieux afin de se protéger. Un agent de sécurité est constamment présent dans les hôpitaux. En ce qui concerne la prise en charge du TRM après une agression, cela reste du domaine de l’abstrait, et seuls peu de TRM connaissent les démarches à entreprendre en pareil cas. Conclusion Les TRM confrontés à la violence ont besoin de structures de soutien qui ne sont malheureusement pas assez présentes selon eux. Il est difficile d’agir sur certains facteurs propre aux patients. Cependant le temps d’attente et la prise en charge peuvent être des points sur lesquels le TRM peut intervenir afin de limiter leur agressivité.

Details

Actions

Preview