Files

Action Filename Size Access Description License
Show more files...

Abstract

Problématique : Parmi les facteurs influençant la qualité de vie des résidents en EMS, la mobilité est considérée comme déterminante. De plus, le moment de l’entrée pourrait accélérer le processus aboutissant à la diminution de la marche puis à l’alitement, tout comme le rapport des uns et des autres au corps vieillissant. Objectif : Déterminer sur quels facteurs l’infirmière peut exercer une influence afin de favoriser la mobilité spontanée des nouveaux résidents. Méthode : CINAHL, PubMed, PsycINFO et un réseau social spécialisé ont permis la recherche des six articles retenus. Résultats L’analyse des articles a permis de documenter trois dimensions influençant la mobilité des personnes âgées institutionnalisées : les facteurs physiques, psychologiques et environnementaux. Une analyse séquentielle de ces facteurs ne contribue que moyennement à améliorer la mobilité des résidents. Seule une lecture transversale des liens entre ces trois dimensions permet d’offrir des prestations adaptées. Conscientes du dilemme entre mobilité et sécurité, les infirmières sont les seules à pouvoir offrir une solution au quotidien, respectueuse des caractéristiques, exigences, envies et capacités de chacun. Conclusion : Les approches qualitatives et la parole donnée à la fois aux résidants et aux infirmières montrent que la mobilité spontanée est un « coeur de métier », révélateur de l’engagement de chaque infirmière et de ses capacités à motiver les équipes. Les innombrables pistes apportées par les études qualitatives analysées ici doivent maintenant être confirmées par des études cliniques ciblées sur des interventions spécifiques.

Abstract

Details

Actions

Preview