Files

Action Filename Size Access Description License
Show more files...

Abstract

Le gilet pare-balles est l’outil essentiel de l’équipement d’un policier. Pour tester son efficacité, des tirs sont pratiqués sur les gilets et sont ensuite analysés pour mesurer le degré de perforation du gilet. La mesure de la déformation du gilet se fait actuellement en déstructurant les couches tissulaires de Kevlar®, une par une. Notre étude consiste, à l’aide du CT-Scan, à analyser le degré de perforation du gilet sans devoir l’ouvrir. Mais le CT-Scan apporte aussi ses désavantages notamment avec les artéfacts métalliques qui peuvent péjorer la qualité d’image. Le but de notre étude est de pouvoir trouver un protocole au CT-Scan et une méthode de mesure pour garantir une meilleure qualité d’image et, ainsi, pouvoir déterminer le degré de perforation des gilets. Nous avions à disposition sept gilets pare-balles de deux marques différentes (Burgmann Pro OY® et Us Armor Corporation®) ainsi que six armes (Magnum 9mm, Uzi, Glock, Kalachnikov AK-47, Fass 90 et Fusil à pompe Armscor R M30 FS). Nos prises d’images ont été effectués avec le scanner du Centre Universitaire Romand de Médecine Légale à Lausanne (CURML). Nous avons effectué les tirs dans les locaux de la police Cantonale Vaudoise à la Blécherette. Les images ont été analysées avec des logiciels de visualisation spécifiques comme Osirix® et Advantage Window® par les réalisatrices de l’étude. Les résultats de notre recherche ont pu déterminer un protocole au CT-Scan permettant une bonne qualité d’image, mais peut être encore optimisé. Avec ces images, nous avons, à l’aide du logiciel ImageJ®, établi des profils de coupe pour déterminer le degré de perforation du gilet. Nous avons effectué un classement radiologique des gilets du plus déformé au plus intact.

Abstract

Details

Actions

Preview