Files

Action Filename Size Access Description License
Show more files...

Abstract

Contexte et objectif : En 1954, Emanuel Friedman a conçu le premier partogramme permettant une représentation graphique de la progression du travail de l’accouchement. Le but est de diminuer le taux de mortalité périnatale important à cette époque. Les sciences biomédicales et l’actif management ont, par la suite, permis une certaine maitrise de la durée des accouchements, par l’introduction de normes et de protocoles guidant les prises en charge. Actuellement, l’accouchement est devenu plus sécure. Pourtant, les interventions en cours de travail restent importantes et ont des conséquences notamment sur la satisfaction maternelle ainsi que sur le rôle de la sage-femme. Cette revue de littérature s’intéresse aux impacts de l’utilisation du partogramme en salle d’accouchement sur la satisfaction maternelle et le rôle de la sage-femme. Méthodologie : Des recherches dans différents ouvrages ont permis de définir une problématique précise et des champs disciplinaires relatifs à notre questionnement. Par la suite, des recherches scientifiques ont été sélectionnées dans différentes bases de données : PubMed, CINAHL et MIDIRS. Les articles ont ensuite été analysés à l’aide de grilles adaptées. Cette revue de littérature comprend six articles quantitatifs, deux essais cliniques randomisés contrôlés et un article qualitatif. Résultats : La dilatation cervicale varie en fonction de chaque femme, de la parité de celle-ci ou encore des interventions mises en place au cours du travail. Les normes et protocoles qui guident le management du travail impliquent une médicalisation importante de l’accouchement même si celui-ci est physiologique. Les interventions mises en place durant le travail impactent négativement la satisfaction maternelle. La sage-femme se retrouve quant à elle confrontée, en milieu hospitalier, à la culture biomédicale qui perçoit l’accouchement comme un événement à risque. Sa philosophie de soins centrée sur les besoins de la femme peut être en contradiction avec les exigences institutionnelles. Conclusion : Cette revue de littérature démontre l’imprévisibilité de la dilatation cervicale. Une certaine souplesse des normes et des protocoles hospitaliers gravitant autour du partogramme et guidant la prise en charge des accouchements physiologiques devrait être alors discutée. La satisfaction maternelle serait ainsi augmentée, grâce notamment à une diminution des interventions médicales. Malgré la prédominance de la culture biomédicale dans les maternités, la sage-femme se préoccupe toujours des besoins de la femme et tente de les prendre en compte.

Abstract

Details

Actions

Preview