Files

Action Filename Size Access Description License
Show more files...

Abstract

Contexte : Dans un contexte pédiatrique où les soignants sont amenés à effectuer des soins invasifs douloureux et anxiogènes pour l’enfant, il est primordial de gérer le confort de ce dernier. La présence parentale est un facteur influençant le vécu de l'enfant lors du soin. De plus, le désir des parents d’être présents est souvent exprimé par ceux-ci. Quant aux soignants, cette présence fait l’objet de controverse. Néanmoins, un changement de vision prônant l'inclusion des proches émerge. Objectif : Déterminer si la présence parentale lors d’un soin invasif sur un enfant de 0 à 12 ans diminue la douleur de l’enfant, son anxiété et celle de ses parents. Méthode : Une recherche d’articles scientifiques effectuée sur les bases de données PubMed et CINHAL a permis de retenir six études publiées entre 2006 et 2014. La soumission de ces articles aux critères de sélection a permis une lecture critique du sujet traité. Les résultats ont été résumés et exposés dans des tableaux. Ces données ont ensuite été synthétisées sous forme narrative suivant les thématiques ressortant de la question de recherche. Finalement, le modèle de soins de McGill a permis de contextualiser ces résultats. Résultats : La présence parentale diminue la douleur ressentie par l’enfant ainsi que son anxiété. De plus, elle a également un effet positif sur celle de ses parents. Conclusion : Il est pertinent d’inclure les parents dans les soins afin d'optimiser le confort de ces derniers et de l’enfant.

Abstract

Details

Actions

Preview