Files

Action Filename Size Access Description License
Show more files...

Abstract

Ce travail traite de la problématique suivante : ’’Comment les TRM prennent-ils en charge les patients détenus lors d’un examen d’IRM?’’. Celle-ci est inspirée de l’aspect de la sécurité liée à la présence d’une personne privée de liberté en tant que patient. Elle concerne aussi l’équipement ferromagnétique, incompatible à l’IRM, présent dans une telle situation sur le détenu ainsi que sur le personnel de sécurité l’accompagnant. De plus, il y a l’aspect des droits du patient et du respect de ceux-ci par les soignants lors de la prise en charge. Afin de répondre au mieux à cette question, nous avons réalisé six entretiens, d’une durée de dix à vingt minutes chacun, dans les hôpitaux du CHUV et des HUG. Les personnes interrogées travaillent en tant que TRM et rencontrent régulièrement la situation analysée. Nous avons analysé les résultats en les séparant en plusieurs thèmes permettant de répondre à la question posée. Le premier thème est la sécurité liée au détenu. Plus précisément, nous nous sommes intéressées à la présence du gardien qui en est le principal responsable, aux risques de fuite du détenu qui sont plutôt rares dans cette situation ainsi qu’à l’augmentation de la vigilance du TRM. Ensuite, nous avons parlé de la sécurité liée à l’IRM ; les questions posées à tous les patients, les spécificités liées aux détenus, notamment la présence de métal intracorporel comme un résidu de balle et d’arme blanche. Ainsi que l’équipement du gardien qui doit rester à l’extérieur de la salle et qui doit donc en être bien conscient. Puis nous avons abordé l’aspect de la communication. Celle liée à l’examen, identique aux autres patients. Les difficultés linguistiques liées à la grande proportion de détenus étrangers. Les sujets à ne pas aborder comme l’activité professionnelle. Finalement, la gêne occasionnée par la présence de l’agent de sécurité lors de conversations privées avec le patient. Nous avons aussi parlé de la perception du patient par le TRM liée à son statut de détenu ; les craintes et a priori que cela peut apporter à quelques techniciens ainsi qu’aux raisons de l’incarcération que les soignants voudraient parfois savoir. Cependant, il a été démontré qu’il est préférable de ne pas les connaître pour une bonne prise en charge. Finalement, nous avons vérifié les connaissances des professionnels sur les droits du patient détenu, qui sont identiques à tous patients et nous avons réalisé que la pratique respecte bien ces droits. En conclusion, nous pouvons dire que la prise en charge des patients détenus n’est pas tout à fait identique à celle d’un patient standard. Cependant, elle se passe généralement bien et dans le respect les droits du patient.

Abstract

Details

Actions

Preview