Files

Action Filename Size Access Description License
Show more files...

Abstract

Introduction : A l’heure actuelle, sur les ventilateurs spécifiques de ventilation non-invasive à deux niveaux de pression (VNI-2P), il n’existe aucun système qui permet la synchronisation de la nébulisation. But : Comparer la dose inhalée lors d’une nébulisation synchronisée sur la phase inspiratoire à la dose inhalée lors d’une nébulisation synchronisée sur la phase expiratoire, sur une VNI-2P utilisant un circuit monobranche. Méthodologie ; La dose inhalée, produite par un nébuliseur à tamis vibrant couplé à une VNI-2P, a été évaluée sur un modèle pulmonaire, à l’aide de la méthode résiduelle gravimétrique. Deux modes de nébulisation synchronisés ont été testés (A : synchronisation sur la phase inspiratoire et B : synchronisation sur la phase expiratoire), dans deux positons différentes (1 : entre le modèle pulmonaire et la valve de fuite ; 2 : entre la valve de fuite et la VNI-2P). Chaque nébulisation s’effectue avec 250mg d’amikacin diluée dans 3ml de NaCl. Résultats : Dans les deux positions, la dose inhalée générée lors d’une nébulisation synchronisée sur la phase inspiratoire est supérieure à celle produite lors d’une nébulisation synchronisée sur la phase expiratoire (p<0,05). Dans les deux modes de nébulisation, la dose inhalée, produite lorsque le nébuliseur est placé entre la valve expiratoire et le modèle pulmonaire, est supérieure à celle générée lorsqu’il est positionné entre la valve expiratoire et la VNI-2P (p<0,05). Conclusion : En VNI-2P, sur un circuit monobranche, la dose inhalée produite par un nébuliseur à tamis vibrant est influencée par son mode de synchronisation et par sa position sur le circuit.

Abstract

Details

Actions

Preview