Files

Action Filename Size Access Description License
Show more files...

Abstract

Selon les chiffres de l’office de la statistique, près d’un cinquième des jeunes (18%) diffèrent d’une année leur entrée en formation, et adoptent généralement durant cette année une «solution transitoire» (OFS, 2004). Comment se fait-il que de plus en plus d’élèves ne trouvent pas d’apprentissage en sortant de l’école obligatoire et aient besoin d’une solution de transition avant d’entrer dans le monde professionnel? Si les élèves trouvent généralement assez facilement des stages après leur entrée à l’office de perfectionnement et d’aide à la transition et à l’insertion (OPTI), ils semblent avoir plus de difficultés à faire bonne impression et à être retenu pour une place d’apprentissage. Peut-on expliquer ce manque de concrétisation par le fait que les élèves n’arrivent pas à percevoir les attentes des employeurs et peinent à s’y conformer? C’est autour de ces deux questions principales que s’articule ce travail de mémoire. Nous avons interrogé quatre employeurs dans le domaine de la vente, ainsi qu’une classe de l’OPTI de Payerne et nous avons confronté leurs attentes et leurs représentations du candidat idéal à une place d’apprentissage. Après la présentation et l’analyse des résultats, ce travail propose quelques pistes didactiques concrètes visant à préparer au mieux les élèves à la concrétisation de leur projet professionnel et à leur entrée dans la vie active.

Details

Actions

Preview