Files

Action Filename Size Access Description License
Show more files...

Abstract

Introduction : L’avortement n’est pas un événement anodin dans la vie d’une femme et surtout d’une adolescente, puisqu’il l’expose à des conséquences physiques et psychiques. L’adolescence est une période de vulnérabilité qui comporte des besoins spécifiques, dont les professionnels doivent tenir compte afin de prodiguer des actions d’accompagnement et de promotion de la santé individualisées, dans le but de prévenir l’inadaptation et la répétition de cet évènement. Objectif : Identifier les actions infirmières de prévention influencées par les dimensions biologique, psychosociale et économique des adolescentes qui ont recours à une IVG. Méthode : Une revue de la littérature basée sur six articles scientifiques a été réalisée. Les articles dataient de 2014 à 2018 et étaient issus des bases de données CINHAL et MEDLINE. Les critères d’inclusion étaient : études primaires, population d’adolescentes de 15 à 19 ans, études datées des cinq dernières années. Les critères d’exclusion étaient : études non primaires, articles plus anciens que 2013, rédigés dans une autre langue que le français ou l’anglais et articles qui s’intéressaient aux femmes ou aux adolescentes qui ont des problématiques diverses comme le virus de l'immunodéficience humaine, un problème de toxicomanie, de malformations fœtales, de fausse couche, etc. Les articles ont été analysés avec la grille de Fortin et les résultats ont été structurés selon la théorie Health Promotion Model de Nola Pender. Résultats : Plusieurs facteurs influencent les comportements des adolescentes en lien avec la contraception et l’avortement. Il s’agit : • Des facteurs personnels tels que l’âge, l’état psychologique, le statut socio-culturel et socioéconomique ; • De l’utilisation correcte de moyens contraceptifs qui peut être freinée par des obstacles tels que les coûts ou un manque de connaissance ; • Des influences interpersonnelles et/ou situationnelles qui proviennent de l’entourage et/ou des professionnels ; • De l’entretien motivationnel qui se révèle être un outil bénéfique pour inciter les patientes à s’engager dans un plan d’action et à adopter des méthodes contraceptives qui visent à éviter des IVG répétées. Conclusion : La prise en charge des adolescentes qui ont eu une IVG ne se limite pas à l’intervention elle-même, puisque différentes dimensions qui entourent la vie celles-ci doivent être considérées afin de les accompagner dans ce processus et de promouvoir des comportements de santé.

Details

Actions

Preview