Files

Action Filename Size Access Description License
Show more files...

Abstract

Contexte : L’assistance au suicide (AS) est tolérée et rendue possible en Suisse sous certaines conditions. Le recours au suicide assisté ne cesse d’augmenter depuis les années 90. La Commission Centrale d’Éthique (CCE) de l’Académie Suisse des Sciences Médicales (ASSM) ainsi que l’Association Suisse des Infirmiers et Infirmières (ASI) énoncent que l’AS ne fait en aucun cas partie de la mission des médecins ni du rôle infirmier. La pratique quotidienne des infirmières suisses auprès des suicidants est peu renseignée. Objectif : Identifier le rôle adopté par les infirmières dans l’accompagnement du patient recourant à l’assistance au suicide durant les premières phases de la demande. Méthode : les bases de données CINHAL et PubMed ont été prospectées afin de sélectionner six articles scientifiques. Ils ont été analysés au regard de la théorie de Mishel et de la problématique. Résultats : Aucun article ne traite spécifiquement de l’accompagnement infirmier dans le cadre d’une demande d’AS en Suisse. Cependant, le rôle endossé par les infirmières belges et hollandaises est clairement défini. Les infirmières estiment avoir un rôle important dans la prise en charge des suicidants ainsi que dans le processus décisionnel. Elles présentent des sentiments ambivalents vis-à-vis de leur rôle légal et leurs valeurs. Discussion : En vue de cette revue de littérature, les professionnels suisses devraient mettre en forme leur rôle afin de se sentir soutenus et offrir un accompagnement de qualité aux suicidants au lieu de marquer une rupture dans leur prise en soins.

Details

Actions

Preview