Files

Action Filename Size Access Description License
Show more files...

Abstract

Enseignantes de français, par notre expérience et par notre vécu en tant qu’élève, nous faisons le constat suivant en ce qui concerne la pratique de la dictée: crainte par les élèves, elle est un moyen rapide pour les enseignants de constater les problèmes. Malheureusement, la dictée ne permet pas l’apprentissage de l’orthographe. En effet, souvent les élèves tournent en rond et font l’objet systématiquement des mêmes observations sans qu’ils aient une solution afin d’y remédier. Pourtant, du côté des enseignants, le dessein doit être la mise en place des savoirs et des compétences allant jusqu’au transfert des apprentissages d’une discipline à l’autre. Par exemple, il faudrait que la dictée serve les productions écrites des élèves, or, actuellement, dans la majorité des classes, ce n’est pas le cas. C’est pourquoi nous avons recherché une solution didactique afin de pallier ce problème de transfert (c’est-à-dire intégrer une forme d’analyse de la langue dans les productions) et de changer les représentations des élèves quant à la dictée. Pour réaliser notre recherche, les élèves ont répondu à un questionnaire afin que nous puissions découvrir quelles sont leurs représentations de la dictée. Ce questionnaire a été utilisé avant et après l’utilisation d’un dispositif didactique appelé la dictée du jour. Une dictée pré et post-test a été employée pour mesurer les compétences et les progrès des élèves en orthographe. Grâce à la dictée du jour, les représentations des élèves évoluent positivement et leur rapport à l’erreur s’améliore après quelques séquences de travail. Même si les progrès orthographiques ne sont pas toujours époustouflants, les élèves découvrent qu’il est possible d’acquérir une emprise sur l’orthographe de la langue française par une réflexion.

Details

Actions

Preview