Files

Action Filename Size Access Description License
Show more files...

Abstract

A la rentrée scolaire 2012, deux nouveaux outils interviendront dans le quotidien des enseignants d’histoire : le plan d’études romand et les manuels d’histoire Nathan, étiquetés par le département général de l’enseignement obligatoire du canton de Vaud et amenés à devenir la méthodologique vaudoise officielle pour l’enseignement de cette discipline au secondaire I. Comme nous souhaitons maîtriser au mieux ces nouveaux outils pour notre pratique professionnelle à venir, nous nous sommes efforcées de les analyser sous le regard des sciences de l’éducation qui nous offre un cadre théorique précieux pour la lecture des ces deux instruments de l’enseignant. Nous nous sommes intéressées à leurs contenus et à leur articulation d’un point de vue du curriculum, des compétences, des objectifs d’apprentissage et des savoirs. Chacun de ces termes étant définis de manière diverse et multiple, nous avons dû, dans un premier temps opérer des choix parmi les nombreuses définitions, afin de retenir, pour chacun d’entre eux la définition, qui nous permettrait d’analyser le PER et la méthodologie dans le contexte de l’enseignement vaudois au secondaire I et des sciences de l’éducation. Le cadre théorique posé, l’analyse de ces deux instruments de travail s’est révélée surprenante en plusieurs points. Premièrement, par le décalage entre les termes employés dans ces deux outils et les définitions retenues. Deuxièmement, par l’absence de méthode proposée par la méthodologie. Troisièmement, par le manque de guidage proposé aux enseignants, en ce qui concerne le PER, et aux élèves, en ce qui concerne la méthode. Cependant, l’analyse révèle également des points essentiels, comme une clé de lecture du plan d’études romand ou la mise en évidences des compétences travaillées dans les manuels par une observation attentive des exercices proposés.

Details

Actions

Preview