Files

Action Filename Size Access Description License
Show more files...

Abstract

Les élèves orientés vers l’Enseignement Spécialisé ont une image d’eux-mêmes en tant qu’élèves déficientes. Le message que leur délivre l’école ordinaire est celui de l’incompétence, de l’incapacité à s’adapter aux exigences de la société. Dans la classe Développement dont j’ai la responsabilité, ce message négatif est signifié à une période critique de leur développement - l’adolescence - étape cruciale pour la construction de leur identité en tant qu’individu autonome. J’ai mis en place au cours de l’année 2011-2012 une série d’ateliers photographiques qui gravitaient autour de la thématique de l’identité. La prise de vue numérique propose un extraordinaire potentiel pour travailler cette thématique de façon créative. Une exploration diversifiée de la thématique du portrait et de l’autoportrait leur a donné l’opportunité d’explorer des registres et postures qu’ils sont peu habitués à prendre dans le cadre scolaire. Pour éviter le piège d’une introspection narcissique stérile, les ateliers se voulaient des ateliers‘’d’écriture d’images’’ teintés d’humour et empreints d’auto-dérision ; se déformer numériquement avec photo Booth, se déguiser avec des costumes de théâtre, créer son avatarnumérique et bonhomme de neige à la Calvin & Hobbes, figer son corps dans les airs sur un trampoline, se simuler «marchandise périssable» sous une couche de papier cellophane, se convertir l’espace d’un instant en monstre siliconé. Ces mises en scènes ont permis d’aborder sous une forme métaphorique des aspects spécifiques de l’identité. La recherche a pu mettre en évidence des traces de construction identitaire dans les ateliers photographiques autour de l’autoportrait. Les élèves ont fait jouer leur imaginaire pour explorer des identités possibles. Ils ont exprimé de diverses manières leur singularité dans leur construction identitaire et ont mis à jour des stéréotypes dans leurs représentations.

Details

Actions

Preview