Files

Action Filename Size Access Description License
Show more files...

Abstract

La réalisation d’un premier mémoire consacré au rapport au savoir d’apprentis de commerce m’a amené à constater que plus il est donné à un élève l’opportunité de pratiquer la langue qu’il apprend sur le terrain, plus ses résultats sont bons. Cela m’a incité à organiser un échange linguistique pour l’une de mes classes afin de voir si cela avait aussi une incidence sur leur rapport au savoir et leur motivation pour l’apprentissage de l’allemand. Ce travail de recherche a pour cadre une classe de 8e VSB de l’établissement secondaire de Vevey qui a participé à un échange linguistique avec une classe de Reinach (BL). Les élèves veveysans ont été invités à remplir quatre questionnaires au cours de l’année scolaire 2010- 2011. Ils y décrivent notamment leur parcours personnel, les raisons qui les poussent personnellement à apprendre l’allemand ou les raisons pour lesquelles les enfants en Suisse apprennent cette langue. Ils dévoilent aussi leurs résultats de la 5e à la 8e et les justifient avec leurs mots. Concernant le rapport au savoir, les réponses des élèves ont été analysées et confrontées aux travaux de l’équipe ESCOL menée par Bernard Charlot et à ceux de Marguerite Altet. Les différentes positions de la recherche sont présentées dans ce travail. Les réponses des élèves, présentées en annexe de ce travail, permettent non seulement de faire un état des lieux du rapport au savoir d’élèves de 8e année, mais offrent aussi à chaque enseignant l’opportunité de réfléchir sur les moyens dont il dispose pour améliorer le rapport u savoir et les conditions d’apprentissage de ses élèves.

Details

Actions

Preview