Files

Action Filename Size Access Description License
Show more files...

Abstract

Introduction : l’assistance au suicide, en Suisse, est tolérée depuis 1942. Elle est gérée par des associations qui militent pour le droit de mourir dans la dignité. Il est possible de mettre en avant plusieurs concepts, en lien avec cette problématique, comme par exemple l’annonce difficile, le deuil, l’accompagnement, mais également le débat public qu’elle suscite. Objectif : identifier la prise en soins idéale d’une personne engagée dans un processus décisionnel d’assistance au suicide. Méthode : une recherche ethnographique a été réalisée, durant une année, à l’aide de deux journaux de bord. Les récits recueillis ont ensuite été triés, selon leur pertinence, puis ils ont été analysés, avec l’aide de la théorie de l’incertitude de Mishel (1988). Finalement, pour pouvoir analyser les informations récoltées, des bases de données, telles que Cinhal, Pubmed et COCHRANE library, ont permis d’obtenir des articles liés à cette problématique. Résultats : le débat concernant l’assistance au décès, en Suisse et dans le monde, est en augmentation. Ce sujet est abordé, tant au niveau public que privé. L’annonce à la famille reste cependant un thème très sensible. Les résultats démontrent que la place des soignants n’est pas toujours claire. Conclusion : la recherche effectuée permet de révéler l’importance du débat public et de démontrer la multiplicité des jugements au sein de la société. De plus, il est possible d’imaginer que la prise en charge des suicides assistés requiert une réévaluation constante du rôle des soignants. Cette démarche ethnographique nécessiterait une réflexivité plus approfondie, afin d’améliorer la prise de position concernant ce sujet.

Details

Actions

Preview