Files

Action Filename Size Access Description License
Show more files...

Abstract

Construire des apprentissages, voilà la mission première de l’école. S’ajoute pourtant à cette tâche celle de mener des actions de préventionafin d’offrir aux jeunes un maximum de facteurs protecteurs. Implanté dans les écoles vaudoises depuis 2011, le programme cantonal de prévention compte sur les enseignants afin de repérer,prendre en compte et orienter les élèves consommateurs de produits psychotropes. Toutefois, peu d’études rendent compte des représentations des enseignants quant à la consommation d’alcool et de cannabis dans leur établissement. Il n’est pas aisé pour un enseignant dedéterminer avec certitude l’état d’ivresse/consommation de cannabis d’un élève, ceux-là n’étant que très peu voire pas formés à ce genre d’exercice. Cette responsabilité imposée par le programme cantonal de prévention s’ajoute encore à un agenda pédagogique déjà bien chargé de l’enseignant. Cependant, celui-ci serait, selon une étude menée par Van Hout, Foley, McCormack et Tardif (2012), davantage enclin à effectuer des démarches préventives en milieu scolaire s’il éprouve un degré élevé de satisfaction vis-à-vid de l'école Le climat d’établissement représente ici un facteurde protection non négligeable sur lequel les enseignants peuvent en partie agir. Confrontés à des situations de consommation de substances psychotropes par les élèves, les enseignants expriment diverses émotions. C’est avec plus d’intensité que les enseignants les ressentent et les manifestent en général avec moins de force. Cette régulation constitue elle aussi un facteur de protection enversles élèves sachant que certaines émotions peuvent avoir d’inquiétantes conséquences sur l’estime de soi ou la confiance des jeunes.Il semble que la consommation desubstances psychotropes en milieu scolaire soit toutefois marginale car les enseignants y ont été confrontés de manière rare selon leurs dires. Il est cependant important de se questionner sur ce résultat. Est-ce là la véritable raison, ou les enseignants ne sont-ils pas aptes, voire ferment les yeux sur ce genre de pratique par leurs élèves ?

Details

Actions

Preview