Files

Abstract

Avec l’entrée en vigueur de la LEO à la rentrée 2013, les décisions d'orientation pour le secondaire qui ont lieu en fin de 8ème année Harmos ne sont plus prises par le conseil de classe mais par le conseil de direction. De plus il n’y a plus de cas limites étant donné que l’échelle des points qui permet de répartir les élèves en deux voies, ne contient plus de zone de tolérance qui permettrait d’ouvrir une discussion autour de l’orientation. Les élèves sont donc orientés uniquement en fonction de leurs résultats scolaires ce qui n’était pas le cas sous l’ancienne loi scolaire. Il nous est donc apparu évident que de tels changements, bouleversant autant la procédure d’orientation elle-même que le rôle de chacun des ses acteurs, méritaient une étude approfondie. C’est dans cette perspective que s’inscrit cette étude. A premier abord, la LEO peut donc sembler apporter une certaine baisse de la subjectivité. Cependant, notre étude nous a permis de constater que l’orientation repose toujours sur des éléments subjectifs. En effet, les moyennes annuelles, proviennent d’évaluations, qui sont elles-mêmes subjectives. Elles dépendent du maître qui les a constituées, de la manière dont elles ont été corrigées et de divers autres éléments. Cette marge de manœuvre quant à l’évaluation peut permettre aux enseignants de «récupérer» une certaine part de pouvoir décisionnel. L’enjeu principal se situe donc à présent au niveau de l’évaluation ce qui à pour conséquences de modifier les pratiques de travail des enseignants.

Details

Actions

Preview