Files

Action Filename Size Access Description License
Show more files...

Abstract

Ce mémoire s’est construit sur la base d’un récit de la pratique professionnelle d’une enseignante spécialisée. Sous la forme d’une démarche pédagogique vécue au quotidien,pensée et portée tout au long de l’année, le postulat «L’estime de soi est un facteur d’apprentissages» se développe au fil du temps. Plusieurs outils ont permis de construire l’estime de soi par étapes. Le premier outil se base sur les observations de l’enseignante et les signes montrés par les élèves. Le vécu fondamental de chaque enfant est quittancé, la difficultéreconnue, distinguée. Ce moment significatif dans l’histoire personnelle devient le point de départ d’un nouveau chemin. La relation d’aide prend du sens pour développer la confiance, la motivation, un autre regard sur soi. Le sentiment de sécurité, le sentiment d’identité, le sentiment d’appartenance, les compétences scolaires, les compétences sociales émergent et se renforcent peu à peu. Afin de guider les élèves dans ces découvertes et ces apprentissages, un second outil a pris sa place au cours de l’année : «Amidou le castor" raconte son histoire dans un Kamishibaï et invite chaque élève à la rencontre de soi-même. Fichier pédagogique et fichier de l’élève accompagnent le théâtre d’images. Ce travail enrichissant a deux fonctions : il permet à l’enseignant d’évaluer sans passer par des questionnaires; il permet à l’élève d’aller à la découverte de soi. Nous avons poussé la démarche en invitant l’auteure d’Amidou, Madame Marie-José Auderset. Nous l’avons prolongée en créant leur propre projet collectif de Kamishibaï, à partir de la lecture suivie «La soupe au potiron ». Toutes les personnes ressources qui nous environnent ainsi toutes les activités liées à l’extérieur de l’école ont constitué le troisième outil. Le tissage des liens et l’ancrage des règles participent d’un processus dynamique étalonné dans le temps et invitent les jeunes à élaborer du sens.

Details

Actions

Preview