Files

Action Filename Size Access Description License
Show more files...

Abstract

Dans ce projet j'ai voulu étudier la perception de la pratique de dissection du cœur avec des élèves de 8ème année (actuelle 10 H) qui l'accomplissent dans le cadre du programme de science de l'école obligatoire. En effet, j'ai été surpris par les réactions extrêmement émotives de certains élèves vis-à-vis de la dissection du cœur qui la rendent unique par rapport à la plupart des autres sujets de science. L'idée était donc de répertorier les ressentis des élèves, afin de mieux comprendre leurs réactions, de réfléchir aux actions pédagogiques à mettre en place, de façon à améliorer ma pratique enseignante. En plus des sentiments, je me suis intéressé à la motivation des élèves et à l'utilité qu'ils perçoivent de la dissection du cœur. Deux classes ont participé à l'étude. Le groupe témoin est une classe de VSG et le groupe expérimental est une classe de VSB qui, lors d'une séance préparatoire avant la dissection, est informée de la procédure, de la sécurité et d'autres aspects liés à la dissection. Son impact sur les dimensions d'utilité, de motivation et de sentiments a donc été étudié. Un « effet-dissection » a aussi été étudié pour ces trois dimensions ainsi qu'un « effet-genre ». En général, la dissection est perçue comme utile, d'abord pour changer la vision du corps, puis pour la culture et ensuite pour les apprentissages scolaires, mais pas pour le futur métier. Les résultats suggèrent que les élèves perçoivent la dissection de façon relativement positive, ils sont intéressés et curieux. Les principales sources de motivation à disséquer sont la curiosité, le cours « cool », l'originalité du cours. Par ordre d'importance, les sentiments vis-à-vis de la dissection sont la curiosité, le dégoût, la joie et l'inquiétude. En ce qui concerne les sentiments vis-à-vis du cœur, les élèves perçoivent principalement de la considération, du respect, puis du dégoût. Aucun « effet-séance préparatoire », « dissection » ou « genre » n'est observé pour les deux premières dimensions. J'ai constaté, par contre, un « effet- genre » pour les sentiments. Notamment, les filles ressentent plus de dégoût que les garçons vis-a-vis de la dissection. Elles sont moins motivées par les bienfaits scolaires et considèrent la dissection moins utile pour les apprantissages scolaires. Il pourrait être intéressant par la suite d'approfondir ce constat et d'effectuer des études sur la dissection d'autres organes afin de comparer les résultats.

Details

Actions

Preview