Files

Action Filename Size Access Description License
Show more files...

Abstract

Nous avons questionné cinq femmes cheffes de famille, d’origine brésilienne, pour essayer de connaître leurs aspirations concernant l’avenir scolaire de leurs enfants. Au total, elles somment 9 enfants, ayant fréquenté, ou fréquentant encore, l’école obligatoire en Suisse. Six d’entre eux sont des primo-arrivants, c’est-à-dire, ils sont la première génération étrangère à intégrer le système scolaire suisse. Quelles sont les attentes maternelles sur l’avenir scolaire de ces six primo-arrivants ? Luzie 53 ans, Elsa 47 ans, Paula 41 ans, Diana 40 ans, et Hélène 37 ans, 5 femmes d’origine ethnique et confession religieuse différentes présentant des parcours migratoire similaires.3 Les mères cheffes de famille qui ont participé à cette recherche appartiennent aux classes défavorisées, à la fois au Brésil et en Suisse. Toutes ces femmes ont ramené leurs enfants en Suisse malgré le manque de permis de séjour valable. Trois d’entre elles vivent toujours dans l’illégalité. Pourquoi ces mères imposent à leurs enfants de vivre dans la précarité sociale ? Notre objectif est d’analyser leurs attentes et les confronter aux théories de l’intersectionnalité afin de comprendre comment les problématiques de genre, de classe et d’immigration influencent les attentes des mères sur l’avenir scolaire de leurs enfants.

Details

Actions

Preview