Files

Action Filename Size Access Description License
Show more files...

Abstract

Depuis 2005, les diplômés de la maturité professionnelle peuvent faire un raccordement pour étudier à l’Université. Ce cursus, qui est sanctionné par des examens portant sur cinq matières, est appelé «passerelle Dubs». Ce complément a révolutionné le paysage éducatif suisse, car il a permis à des apprentis d’étudier à l’Université par une voie institutionnelle en dehors des préalables. En 2012, 2,7% des nouveaux étudiants des hautes écoles universitaires étaient porteurs du certificat de la passerelle Dubs. Dans les sciences de l’éducation, les transitions (par exemple les passages entre différents cadres scolaires) font l’objet d’une attention particulière. La passerelle Dubs qui «ramène» des acteurs du monde du travail à l’école, n’avait jamais été étudiée dans ce cadre-là. L’auteur est parti des modèles des dynamiques et des ressources en phases de transition développés par Zittoun (2012). Il a formulé un canevas de 21 questions, découlant des concepts-clefs de ce modèle, à savoir le remaniement identitaire, la construction de sens et l’acquisition des connaissances, et interrogé sept anciens étudiants de la passerelle Dubs. Les résultats de cette étude sont ensuite présentés de manière verticale (par des résumés des informations les plus saillantes données par les différentes personnes aux questions) et transversale, avec une analyse des réponses données par les étudiants interrogés en regard des concepts-clefs de Zittoun (2012). Des différences notoires sont observées concernant les motivations des étudiants à faire la passerelle selon leur âge. Alors que les plus jeunes se laissent en majorité diriger par des personnes-modèle (professionnel ou professeur), les personnes plus âgées entreprennent cette formation principalement en raison d’une lassitude dans l’exercice de leur emploi initial. Et si plusieurs personnes interrogées ressentent la satisfaction voire l’admiration de leurs proches et de leurs collègues après une réussite de la passerelle, elles se montrent très prudentes au sujet de la nouvelle étiquette professionnelle qu’elles désirent se donner. Dans les déclarations de plusieurs personnes interviewées, transparaît pourtant déjà le jargon du métier qu’ils visent.

Details

Actions

Preview