Files

Action Filename Size Access Description License
Show more files...

Abstract

Afin de susciter, entre autres, l'intérêt et la participation politique des jeunes, les autorités vaudoises ont mis en place, dès la rentrée scolaire 2006-2007, un enseignement d'éducation à la citoyenneté. Cette étude se demande si cette démarche a eu l'impact recherché. Afin d'y répondre, envrion 90 étudiants de la HEP Vaud ont été interrogés sur la palce de la citoyenneté dans leur cursus scolaire ainsi que sur leurs compétences, leur intérêt et leur participation en matière de politique. Sur cette base, cette recherche montre qu'il n'y a pas de corrélation significative entre le fait d'avoir suivi des cours d'éducation à la citoyenneté - tels qu'ils ont été donnés dans le canton de Vaud entre 2006 et 2013 – et le fait d'être intéressé à la politique et d'y participer. En ce sens, elle confirme des études menées dans d'autres contextes, notamment européens et américains. Ce travail souligne donc que la volonté politique et l'inscription d'un cours de citoyenneté dans le plan d'étude ne suffisent pas pour faire participer les jeunes citoyens une fois qu'ils ont atteint l'âge de la majorité civique. Si un tel lien est tributaire de causes internes sur lesquels les institutions scolaires ont prise comme la largeur du plan d'étude, le faible nombre d'heures à la grille horaire ou l'éloignement de la majorité civique, la situation est différente lorsqu'il s'agit de causes externes comme le déficit d'image et de confiance envers la politique, le sentiment d'impuissance face à l'économie, l'absence de véritables enjeux de société ou l'absence de responsabilité des jeunes. Une étude qualitative comprenant des entretiens avec quatre experts de la politique ou de la communication vient compléter cette analyse.

Details

Actions

Preview