Files

Action Filename Size Access Description License
Show more files...

Abstract

Ce mémoire vise à établir si les relations que les enseignants entretiennent avec leurs collègues ont une influence sur le risque de tomber en burnout. Quarante enseignants ont répondu à un questionnaire composé de trois parties : une série de questions personnelles d’ordre général ; puis une partie sur les relations sociales divisées en trois dimensions : intégration à la salle des maîtres, relations d’ordre professionnel et relations d’ordre personnel. La dernière partie est constituée par le test Maslach Burnout Inventory (Christina Maslach, 1981), où le burnout se traduit par l’épuisement émotionnel, la dépersonnalisation des relations et/ou la diminution du sentiment d’accomplissement personnel. Les résultats montrent que le facteur le plus influent est la qualité de la collaboration professionnelle de manière générale. Un bon esprit de collaboration favorise l’investissement affectif des enseignants dans leurs relations et les protège de la dépersonnalisation. Le sentiment d’être reconnu et valorisé par ses collègues joue un rôle particulier dans le niveau d’épuisement émotionnel ressenti par l’enseignant. D’autre part, les enseignants qui sont ouverts aux échanges de matériel ont peu tendance à dépersonnaliser leurs relations et bénéficient d’un meilleur sentiment d’accomplissement personnel. Discuter de travail avec ses collègues dans le cadre de sa vie privée présente un risque de s’épuiser émotionnellement. Enfin, dans une moindre mesure, lorsqu’un enseignant se trouve dans une situation relationnelle difficile, le fait de demander du soutien à ses collègues l’aide à ne pas se bloquer affectivement face à cette situation. Notre recherche met encore en évidence le rôle inévitable des facteurs personnels dans le risque de tomber en burnout, ainsi que l’importance de pouvoir faire ses propres choix et collaborer de façon autonome et spontanée avec ses collègues. L’enseignement est ainsi une profession plutôt individualiste, pour laquelle la qualité des relations entretenues avec les collègues constitue un facteur d’influence sur le risque de burnout.

Details

Actions

Preview