Files

Action Filename Size Access Description License
Show more files...

Abstract

Mon travail repose sur l’étude de cas de Michka, enfant de 13 ans, soutenu en raison de sa surdité, intégré en 10 VP. Je transcris mes observations, fais des liens théoriques, analyse et interroge l’effet de la narration de contes sur l’intégration, la posture, la mise en projet, l’écoute, le langage, la mémorisation et l’accès aux apprentissages. Michka – comme tous les malentendants – a un grand besoin d’être entendu. Et, comme un conteur, avant de lui raconter quoi que ce soit, je lui ai prêté mon oreille, l’ai écouté. Ce n’est qu’ensuite que je lui ai prêté ma voix, pour traduire mes impressions à la réception de ses paroles autant que de ses silences. Et à son tour il m’a redonné son sentiment en lien avec mes propos. Nous avons « tricoté » l’écoute et la parole – de notions à prendre et à apprendre – pour échafauder, maille après maille, des sons, des lettres, en mots, en phrases et en textes, et revêtir des idées sur un fond de vérité – celles qui tiennent chaud à l’âme humaine – en cherchant leur traduction, leur tradition, sans trahison, mais avec la liberté de la curiosité. Il semblerait qu’ainsi, dans ce tissage – nous servant mutuellement de trame, au fil de la parole – nous ayons pu enfiler des perles de mots, de sons et de sens sur le collier de notre vie d’écolier et d’enseignante. En tant que conteurs « en espérance », nous nous sommes laissé inspirer par ce qui s’est passé dans l’Histoire pour représenter nos histoires. Nous avons enclenché ainsi la machine à ouvrir les sens du temps présent, pour plonger dans l’essence des pages oubliées ou imaginaires du Grand Livre, à l’écriture duquel nous participons. Nous avons raconté, retracé et décrit les empreintes des hommes d’autrefois, comme si elles étaient les nôtres et que tout était à venir, puisque les contes empruntent des pas-sages pour rendre des traces vivantes, sur le chemin de l’homme en quête de son humanité. Michka s’est élevé au grade d’aspirant à l’école de la vie. Il a mis ainsi à jour la nuit des temps, en y allumant une étoile qui porte son nom. Nous avons exploré le conte dans sa dimension d’inclusion, de lien aux autres et à son propre imaginaire, de redressement autant de celui qui conte que de celui qui écoute – dans la posture et dans la fierté – favorisant une mise en action du potentiel. Le conte et sa narration nous ont montré une infinité de voies possibles pour nous mettre en route au présent, entre représentation du passé et projet de futur, afin d’acquérir le pouvoir de devenir acteur chacun de sa vie, de son histoire, libre de dire et d’écrire sur son propre compte, ce qui lui chante.

Details

Actions

Preview