Files

Action Filename Size Access Description License
Show more files...

Abstract

Je travaille avec des enfants âgés de 7 à 11 ans présentant un trouble envahissant du développement. J’ai été très vite confrontée à la violence physique et verbale, ce qui m’a poussée à travailler autour de la dynamique de classe afin d’avoir un climat de classe serein pour entrer dans les apprentissages. Les élèves de ma classe montrent des difficultés dans plusieurs domaines, dans le respect de l’autre, le respect des règles, de l’expression verbale et de la communication, dans le rapport au savoir et dans l’acquisition de l’autonomie. La problématique de mon mémoire prend forme à partir d’une situation vécue avec un élève. Avec mon collègue éducateur, nous avions mis en place un outil dans le but de diminuer la violence. Cet outil devait nous permettre, à chaque fin de journée, d’évaluer le comportement des élèves, il n’a pas eu l’effet désiré. Il a créé une situation de frustration chez un élève et généré un conflit avec les adultes. Je me suis rendu compte que c’était nous, les adultes, qui décidions si la journée d’un élève s’était ou non bien passée. Je devais rendre mes élèves plus conscients de leur comportement, les rendre acteurs de leur apprentissage et offrir des médiations. Donc, j’ai mis en place les ceintures de comportement, outil provenant de la pédagogie institutionnelle, afin de permettre à l’enfant de se voir progresser et de mettre une médiation entre l’élève et les adultes. L’outil a permis à mes élèves de s’améliorer dans les cinq domaines étudiés. Cette évolution est mise en évidence dans les portraits dressés pour chacun d’entre eux.

Details

Actions

Preview