Files

Action Filename Size Access Description License
Show more files...

Abstract

Les stéréotypes sont des croyances, mais sans fondements scientifiques, transmises comme des vérités. Nous nous sommes intéressés aux stéréotypes à l’école obligatoire, en particulier à ceux qui touchent le genre des élèves. Il s’agit des deux stéréotypes suivants : 1) « les filles sont meilleures en langues que les garçons » et 2) « les garçons sont meilleurs en mathématiques que les filles ». L’adhésion à ces stéréotypes peut avoir un impact négatif sur les résultats et la réussite scolaire à travers le phénomène appelé « menace du stéréotype ». Nous avons réalisé une enquête auprès de 198 élèves de l’école obligatoire vaudoise, au moyen d’un questionnaire. Les résultats montrent une adhésion de plus d’un quart des élèves pour le stéréotype des langues et près d’un tiers pour celui des mathématiques. La force d’adhésion à ces stéréotypes est modérée, mais significative. La diffusion de ces stéréotypes concerne aussi bien les parents, les enseignants et les amis des élèves. Bien que les résultats montrent une diffusion plus forte d’une égalité entre les garçons et les filles par les parents et les enseignants, les élèves entendent quand-même régulièrement ces stéréotypes de la part de leur entourage. L’autoévaluation en mathématiques des filles et des garçons montre une corrélation avec l’adhésion des sujets. En effet, plus les filles adhèrent au stéréotype, plus elles s’évaluent mauvaises en mathématiques. Cet effet négatif est appelé la menace du stéréotype. Pour les garçons, cet effet est positif car plus ils adhèrent au stéréotype, plus ils s’évaluent doués. La menace du stéréotype a pour effet de diminuer les performances des élèves quand ceux-ci y adhèrent. L’identification de ce phénomène par les enseignants est primordial car ces derniers pourraient le neutraliser et aider ainsi les élèves à améliorer leur estime de soi, et par conséquent leurs résultats.

Details

Actions

Preview