Files

Action Filename Size Access Description License
Show more files...

Abstract

Le Plan d’étude romand (PER) annonce comme une finalité prioritaire d’apprendre aux élèves à apprendre : en effet l’autonomisation des apprenants est largement considéré par les pédagogues et les enseignants comme une valeur fondamentale que l’école doit développer. Ce mémoire aborde ce thème de l’autonomisation en séparant deux compétences (dites « transversales » dans le PER) : celle de l’autorégulation – ou « métacognition » 34 - qui mène aux apprentissages de type cognitifs, et celle de l’autogestion qui leur permet d’amélliorer leur prise en charge organisationnelle. Quels éléments les enseignants peuvent-ils mettre en œuvre dans leur enseignement afin de favoriser ces deux compétences ? L’enseignant peut mettre en évidence les objectifs à atteindre et les rappeler régulièrement afin que les élèves ne les perdent pas de vue; il propose des tâches qui sont à leur portée, à savoir qui se situent en « zone proximale de développement », selon Vygotski35 ; l’enseignant veille à expliciter les consignes avec clarté, afin d’éviter l’implicite qui désoriente les apprenants et qui ne sourit qu’aux élèves initiés, capables, par leur éducation, de « sauts cognitifs ». Quatrièment il insère des tâches de type métacognitives, tel que des exercices d’autoévaluation, afin d’éveiller les réflexes autorégulants. Ces quatre éléments, entre autres, une fois insérés dans une séquence d’enseignement lors de laquelle les élèves pourront avancer plus ou moins librement, permettent à ces-derniers de se guider avec le plus d’indépendance possible, tout libérant l’enseignant qui accompagne alors les plus faibles (enseignement différencié). Quant à l’autogestion, elle peut être insérée dans les cours par certains choix laissés par l’enseignant aux élèves, tels que par exemple l’ordre des tâches, les modalités de travail (seul ou en groupe), ou encore la participation à l’organisation de la salle de classe. Les jeunes peuvent alors se sentir valorisés et développer des réflexes organisationnels. Ce mémoire est aussi l’occasion de décrire et de critiquer une séquence d’enseignement testée en classe. Egalement il rappelle combien l’autonomisation des élèves est liée à la démocratie et à l’aptitude de chacun de se prendre en charge comme citoyen responsable.

Details

Actions

Preview