Files

Action Filename Size Access Description License
Show more files...

Abstract

D’où provient le rapport négatif à l’allemand des élèves du secondaire II du canton de Vaud ? Serait-il dû à la charge de travail qu’une maturité gymnasiale demande aux élèves ? Ou alors aux intérêts plus scientifiques des élèves ? Les élèves pensent-ils que l’allemand ne leur sera pas utile pour leur future carrière professionnelle ? Ou, plus généralement, est-ce que la particulière attractivité de l’anglais – en tant que langue internationale – prend le dessus sur l’allemand ? Enfin, le fait que l’apprentissage de l’allemand n’assure pas forcément de comprendre le suisse-allemand serait-il une source de démotivation ? Afin de répondre à ces questions et hypothèses de départ, nous avons interrogé – à l’aide d’un questionnaire – des élèves des différentes filières du secondaire II, à savoir : de maturité gymnasiale, d’école de commerce, d’école professionnelle commerciale et de maturité professionnelle commerciale. Ce questionnaire nous a permis de comparer tout d’abord les données sociodémographiques des élèves et ensuite, plus concrètement, leur rapport à l’allemand sous différentes perspectives : l’enseignement, l’apprentissage ainsi que leurs représentations personnelles. Les réponses des élèves, présentées en annexe de ce travail, sont très riches, car elles nous permettent non seulement de constater que toutes nos hypothèses de départ n’ont pas été vérifiées, mais également de mettre en lumière les aspects de la langue allemande à l’école qu’il faut améliorer. Nous avons donc, à la suite de l’analyse des données récoltées, tenté d’esquisser des pistes d’action relatives aux ressentis et critiques des élèves afin de les motiver à l’apprentissage de l’allemand et de positiver leur rapport au savoir.

Abstract

Details

Actions

Preview