Files

Action Filename Size Access Description License
Show more files...

Abstract

Dans le cadre de ma pratique d’enseignante spécialisée dans les classes primaires du degré 3H de l’école valaisanne, j’ai pu observer des élèves qui avaient des difficultés dans l’apprentissage de la lecture en début d’année scolaire. Je me suis donc intéressée aux moyens d’enseignement de la lecture qui étaient mis à disposition des enseignants valaisans sur le catalogue de la centrale cantonale des moyens d’enseignement (CECAME). Ces dernières années, les deux courants principaux sur l’enseignement-apprentissage de la lecture viennent des recherches en sciences de l’éducation et des recherches en sciences cognitives. J’ai donc pris la décision d’orienter mon cadre conceptuel du côté des recherches en sciences cognitives car il était important pour moi d’en savoir un peu plus sur la dynamique cérébrale des élèves qui apprennent à lire. Suite à ce cadre conceptuel, j’ai élaboré une grille d’analyse de contenu en me basant sur les grands principes fondamentaux de l’enseignement de la lecture tirés du livre « Apprendre à lire. Des sciences cognitives à la salle de classe » (Dehaene, 2011). Cette grille se compose de cinq catégories et de 27 indicateurs ; un d’entre eux est tiré du livre « Lecture et dyslexie. Approche cognitive » (Sprenger-Charolles & Colé, 2013). Six moyens d’enseignement de la lecture mis à disposition des élèves valaisans de 3H ont été passés au crible de cette grille. L’analyse des résultats a démontré que les deux moyens qui étaient essentiellement tournés vers un enseignement systématique des correspondances graphophonémiques obtenaient le plus grand nombre d’indicateurs positifs en lien avec les recherches en sciences cognitives.

Abstract

Details

Actions

Preview