Files

Action Filename Size Access Description License
Show more files...

Abstract

Ce travail s’attache à mettre en évidence les images de l’école qui émergent dans la presse romande à l’occasion de la votation sur la Loi sur l’enseignement obligatoire (LEO) dans le canton de Vaud le 4 septembre 2011. Les publications de quatre journaux (Le Matin, Le Temps, 24 Heures, L’Hebdo) ont été analysées entre le 1er janvier 2011 et la date du scrutin. L’étude démontre qu’au fil des mois deux perceptions se détachent autour des deux projets proposés à la population, à savoir l’initiative « Ecole 2010 : sauver l’école » et le contre-projet qui lui est opposé par le gouvernement sous la forme de la nouvelle loi scolaire LEO. L’analyse montre comment le traitement de cette votation dans la presse, et particulièrement dans le quotidien vaudois 24 Heures, contribue à répandre une image très contrastée et contradictoire des deux projets sous forme de deux visions de l’école, voire de deux visions du monde qui s’affrontent. Ces deux visions mettent en scène des représentations de l’école finalement classiques qui trouvent leur origine dans les évolutions économico-culturelles du milieu du XXe siècle, entre une institution scolaire marquée par le développement de la société industrielle, puis influencée par les réformes culturelles de l’ère post mai 1968. Parallèlement, l’analyse des articles de presse considérés permet d’appréhender une troisième vision de l’école qui tente de s’extraire de la dichotomie évoquée ci-dessus en faisant appel aux discours scientifiques sur l’école. Une troisième voie qui essaie de rompre avec des représentations souvent idéologiques mais qui reste extrêmement minoritaire dans la masse du discours médiatique sur l’école véhiculé par la presse à cette occasion. Enfin, cette étude s’intéresse aux locuteurs des discours tenus sur l’institution scolaire et démontre qu’alors que la parole semblait, au travers d’un abondant courrier des lecteurs, largement ouverte à l’ensemble de la société civile, elle est, dans les faits, grandement cannibalisée par les acteurs politiques qui poursuivent dans la presse un débat commencé dans les travées du parlement.

Abstract

Details

Actions

Preview