Files

Action Filename Size Access Description License
Show more files...

Abstract

La banque de ressources pédagogiques des enseignants vaudois (BDRP) offre plus de deux mille ressources pédagogiques. C’est un espace d’échange dans lequel ses membres peuvent aussi bien utiliser la matière déjà existante que déposer de nouvelles données. Nous avons ainsi cherché à comprendre s’il existait un processus différencié pour l’utilisation ou le dépôt de ces mêmes ressources. En effet, selon J.-T. Godbout, si une action implique un principe d’utilité, elle pourra alors être inclue dans le concept d’utilitarisme, alors que si une action repose sur une des caractéristiques du don, elle pourra être inclue dans le concept du don. Pour mener à bien ce projet, nous avons choisi comme procédure une méthode d’enquête, basée sur les réponses d’un questionnaire envoyé à tous les utilisateurs de la BDRP. Grâce à notre analyse, nous avons constaté que les utilisateurs s’orientaient vers une logique utilitariste alors que les donneurs s’orientaient vers une logique du don. Ainsi, nous avons pu répondre à notre question de recherche, Sur quelles logiques sociales (don ou utilitarisme) repose la prise ou la dépose de ressources pédagogiques sur la BDRP? Cependant, nous avons constaté que les donneurs sont également utilisateurs, dans nonante pour cent des cas. Or, toujours selon notre analyse, les utilisateurs ne sont pas toujours donneurs. Ainsi, les principaux donneurs le sont dans une logique du don. La communication de la BDRP peut donc s’appuyer sur les valeurs de cette logique (la liberté, la gratuité, la spontanéité, l’étranger et la notion de dette) pour promouvoir sa base. Elle doit toutefois également prendre en compte les utilisateurs qui ne sont pas encore donneurs et qui, à ce stade, fréquentent cette base dans une logique utilitariste, pour leur propre intérêt…

Abstract

Details

Actions

Preview