Files

Action Filename Size Access Description License
Show more files...

Abstract

Les neuromythes sont des croyances non avérées scientifiquement concernant le fonctionnement cérébral. Des entretiens semi-directifs ont été menés auprès de cinq élèves de troisième cycle de la scolarité obligatoire vaudoise dans le but de déterminer leurs connaissances sur le cerveau, leur connaissance et leur adhésion aux neuromythes ainsi que leurs sources d'information sur les neuromythes. Un enseignant de sciences qui avait enseigné le fonctionnement du cerveau à trois élèves parmi les cinq sujets du panel a également été interrogé sur ses connaissances et ses croyances relatives aux neuromythes. Il s'est avéré que les élèves du panel présentaient souvent des taux d'adhésion aux neuromythes proches de ceux rencontrés chez divers enseignants dans le monde entier et chez des élèves d'un Gymnase vaudois. Cependant, des différences sont apparues pour l'un des neuromythes avec, paradoxalement, des élèves vaudois de même niveau scolaire et même âge. Ces différences locales pourraient être attribuées à l'influence des discussions au sein d'une classe ou avec le groupe d'amis ou encore à une interprétation d'un cours de sciences. L'étude a permis d'identifier plusieurs sources d'informations potentiellement responsables de l'adhésion des élèves aux neuromythes parmi lesquelles, notamment, la famille, le monde médical et les intervenants para-scolaires. Par ailleurs, les élèves interrogés attribuaient parfois faussement l'acquisition de conceptions de type neuromythe à leur enseignant de sciences. Ce phénomène pourrait être lié à la création de faux souvenirs à partir d'informations provenant de sources variées, principalement extra-scolaires. En conclusion, il apparaît qu'une éducation efficace au fonctionnement cérébral et une information sur les neuromythes est difficile à mettre en place en classe de sciences. De nombreux facteurs semblent pouvoir interférer avec l'enseignement scolaire sur les neuromythes et le cerveau tel que les informations reçues à l'extérieur de l'école, des paramètres émotionnels (volonté de progrès personnel) et la confiance en des sources d'informations disparates (médias, proches, monde médical, intervenants para-scolaires) en concurrence avec les enseignants.

Abstract

Details

Actions

Preview