Files

Action Filename Size Access Description License
Show more files...

Abstract

Les théories du care, qui nous viennent du social, proposent une nouvelle éthique qui met en avant les relations humaines. Certains chercheurs les opposent à l’éthique de la justice, qui promeut l’autonomie de l’individu. Une des finalités de l’enseignement, particulièrement dans le secondaire postobligatoire, est d’amener les élèves à atteindre une certaine autonomie. Ainsi, nous pouvons nous demander si appliquer l’éthique du care ne serait pas une entrave à l’autonomie des élèves, adultes en devenir. Les apports du care dans l’enseignement sont nombreux : il permet de réduire les inégalités scolaires, d’instaurer une dynamique de classe positive, de redonner confiance à des élèves en difficulté, etc. Cette approche, implicitement présente dans le référentiel de compétences de la HEP-Vaud, permet de remettre les relations humaines au centre du métier d’enseignant, et ainsi humaniser cette profession qui tend à devenir toujours plus centrée sur les évaluations normées et uniformisées.

Abstract

Details

Actions

Preview