Files

Action Filename Size Access Description License
Show more files...

Abstract

Les femmes représentent environ 20% des étudiants en physique au gymnase et à l’EPFL, et seulement 7% des professeurs de physique de l’EPFL. Ce fait peut-être considéré comme problématique d’un point de vue économique ou de société. Dans ce travail nous passons en revue les hypothèses avancées dans la littérature pour expliquer la sous-représentation de femmes en physique et identifions la question des modèles de rôles féminins comme une piste d’action importante. Nous présentons dans cette optique des statistiques sur la proportion de femmes dans l’enseignement de la physique dans les gymnases vaudois. Nous procédons ensuite à une analyse quantitative de la présence des physiciennes dans les manuels utilisés au gymnase, en nous basant sur l’index des livres. Nous présentons finalement quelques références bibliographiques concernant les femmes dans l’histoire des sciences. Les résultats de nos recherches statistiques sur le corps enseignant des gymnases suggèrent que les femmes représentent seulement 14% des enseignants de physique. La proportion de femmes formées par la HEP Vaud en didactique de la physique pour le secondaire II a augmenté régulièrement pour se stabiliser autour de 25% depuis 2010. Nous nous attendons donc à une augmentation prochaine de la proportion d’enseignantes de physique au gymnase, au fil du renouvellement du corps enseignant. L’analyse des manuels de physique montre, comme on s’y attend, une proportion infime de femmes parmi les mentions biographiques, située entre 1.1% et 1.7% selon les ouvrages. La proportion d’illustrations représentant des femmes est plus élevée, entre 2.7% et 10%, suggérant que les auteurs ont conscience de la sous-représentation des femmes dans le texte. La comparaison entre ouvrages montre une grande variabilité des figures historiques mentionnées, indiquant que les auteurs disposent d’une marge de manoeuvre appréciable dans la sélection des personnages. Au vu des excellentes sources d’informations biographiques disponibles sur les femmes dans l’histoire des sciences, nous concluons que les auteurs de manuels pourraient facilement enrichir leurs textes en personnages historiques féminins.

Abstract

Details

Actions

Preview