Files

Action Filename Size Access Description License
Show more files...

Abstract

A leur entrée en établissement médico-social (EMS), de nombreuses personnes âgées présentent des troubles cognitifs, dont la désorientation spatiale entrainant des difficultés de wayfinding. Les caractéristiques de l’environnement construit prennent davantage d’importance dans la compensation des difficultés des personnes. Ce travail a pour but d’identifier à partir de quelles informations les résidents trouvent leur chemin dans un EMS spécifique et d’identifier les facilitateurs et les obstacles à leurs déplacements. Ce travail est mené auprès de six résidents présentant une démence légère à modérée, non objectivée d’un EMS vaudois. Les données ont été récoltées à l’aide d’entretiens en cours d’action (durant le déplacement), de l’observation et d’interviews. De manière générale, l’expérience montre que dans la grande majorité des cas, les participants sont capables de réaliser une tâche de wayfinding spécifique, faisant partie de leurs habitudes de déplacements. Plus précisément, les personnes trouvent leur chemin dans cet EMS sur la base d’automatismes, de leur mémoire, de connaissances sur l’utilisation de l’environnement, de recherches par essai-erreur, de résolutions de problème, de divers types de repères (la signalétique, le design, l’architecture et les activités de l’EMS comme repère spatio-temporel), de l’accès visuel direct et grâce à l’aide humaine. Les facilitateurs identifiés lors de cette étude participant à la réussite d’une tâche de wayfinding sont : les automatismes, l’accès visuel direct, la connaissance de l’utilisation de l’environnement, ainsi qu’un sentiment de confiance lors du déplacement. Les obstacles identifiés à la réussite d’une tâche de wayfinding sont l’ascenseur, le manque d’espace dans les couloirs, le manque de lisibilité et la condition physique des participants. L’architecture de l’EMS étudié dans ce travail semble être particulièrement bien pensée en termes d’espace de circulation qui favorisent un accès visuel direct aux destinations et aux étapes intermédiaires lors du déplacement, mais aussi en favorisant la rencontre fréquente entre personnel et résidents. Elle a cependant comme désavantage de proposer des espaces de déplacements trop étroits et une signalétique discrète qui n’est pas toujours lisible pour les participants de cette étude. Des implications aux niveaux de la conception architecturale d’un EMS et la prise en charge des personnes au sein d’un tel établissement sont proposées. [Résumé des auteures]

Details

Actions

Preview